« Promotion Ubu Roi » d’Olivier Saby : 27 mois au coeur de l’ENA

Décembre 2008 : Olivier Saby figure sur la liste des admis au concours externe d’entrée à l’École Nationale d’Administration, l’ENA. Il commence alors une des formations les plus convoitées de France, celle qui lui permettra à la sortie d’intégrer la haute fonction publique, les « hautes sphères du pouvoir« . Après plus d’un an et demi de préparation à Sciences Po, l’étudiant de 26 ans est soulagé de ne pas avoir travaillé pour rien. Et si ce n’est pas forcément un rêve qui devient réalité, il a hâte de découvrir ce qui l’attend sur les bancs de l’institution strasbourgeoise. Il va vite déchanter…

Dès les premières lignes, on découvre une école qui ne tourne pas rond, qui marche sur la tête. Les critiques sont nombreuses : des intervenants (il n’y a aucun enseignant fixe à l’ENA) qui ne découvrent le sujet du cours qu’ils sont censés dispenser aux élèves que quelques minutes avant le début de celui-ci, sujet dont ils ne sont absolument pas spécialistes ; une course permanente à la très bonne note (quitte à flirter avec les limites de l’éthique et de la corruption) ; les coups bas des camarades de promo en vue du classement de sortie ; la rigidité des pratiques de l’institution ; les petits arrangements des élèves – élevés par les anciens au rang de traditions et bien connues de la direction – pour maximiser leurs indemnités prélevées sur l’argent public… Le livre est rempli de ces exemples d’incohérence et de malhonnêteté.

Les critiques qui entourent l’institution fondée en 1945 ne sont pourtant pas nouvelles. « L’énarchie » a souvent été pointée du doigt. L’ENA a parfois été menacée. Mais a toujours survécu. Alors qu’apporte le récit des péripéties d’Olivier Saby pendant ces 27 mois de formation ? On distingue sous son discours qui hésite entre indignation et résignation, une véritable envie de redonner ses lettres de noblesse à l’ENA. S’il critique, souvent de manière humoristique, les travers strasbourgeois, ce livre est rempli de pistes pour une réforme en profondeur de l’ENA, une réforme qui serait respectueuse de ses valeurs initiales. Si les élèves débordent d’ambition, c’est en partie parce qu’ils sont placés en situation de compétition du week-end d’intégration au fameux amphi-garnison. Si la plupart des directeurs et formateurs ne voient pas les incohérences du système, c’est parce qu’ils sont enfermés dans leurs traditions administratives.

Mais les aventures du jeune énarque ne nous montrent pas seulement les dérives de son école. Au cours des 4 stages obligatoires de sa scolarité (en ambassade, en collectivité territoriale, dans un ministère et dans une entreprise), on découvre le monde de la haute administration, ses réseaux, ses coutumes et ses anecdotes. Et on en ressort encore une fois décontenancé. Entre ambiance délétère, luttes de pouvoir, rancœurs et ambition démesurée, le portrait dressé n’est pas fameux. Même si tout n’est pas si noir. Ainsi Olivier Saby nous dresse le portrait de nombreuses personnes compétentes, voulant faire de leur mieux, malgré la lourdeur administrative. Et montre qu’avec un regard neuf et pragmatique, il est possible d’améliorer le fonctionnement quotidien des services de l’État (au-delà de la fameuse RGPP, invoquée à tort et à travers !).

Ce livre devrait être lu par l’ensemble des candidats au concours de l’ENA. Non pour les décourager, mais pour démystifier le monde qu’ils souhaitent intégrer. Qu’ils sachent à l’avance dans quoi ils s’engagent. Et qu’ils puissent aider cette grande institution à se réformer.


Promotion Ubu Roi – Mes 27 mois sur les bancs de l’ENA. 
Un livre d’Olivier Saby – 279 p. – Septembre 2012 – Collection Flammarion Document.

– Acheter le livre sur Amazon.

– Acheter le livre sur Fnac.com.

– La page Facebook du livre.



Catégories :Bibliographie, Formations / Cursus / Concours

Tags:,

3 réponses

Rétroliens

  1. Meilleurs essais 2012 : le classement des ventes et des internautes « Tribune libre
  2. Dans la bibliothèque des Chevaliers des Grands Arrêts : L’administration de l’Etat, de Patrick Gérard | Les Chevaliers des Grands Arrêts
  3. Dans la bibliothèque des CGA : Les blogs juridiques et la dématérialisation de la doctrine | Les Chevaliers des Grands Arrêts

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :